Création du 4 au 12 juin 2005 à Saint-Gervais Le Théâtre (Genève)

Mise en scène Oscar Gómez Mata / Idée originale et conception Esperanza López et Oscar Gómez Mata / Textes Perú C. Saban, Txubio Fernández de Jauregui, Oscar Gómez Mata et Esperanza López / Jeu Txubio Fernández de Jauregui, Oscar Gómez Mata et Esperanza López / Assistante à la mise en scène Delphine Rosay / Scénographie Sven Kreter / Lumières Luc Gendroz / Création sonore Andrés García / Son Serge Amacker / Costumes Isa Boucharlat / Administration, production et diffusion Barbara Giongo

Production Compagnie l’Alakran, Legaleón-T, Théâtre Saint-Gervais Genève, Espace Malraux Scène Nationale de Chambéry et de la Savoie
Avec le soutien du Département des Affaires culturelles de la Ville de Genève, du Département de l’Instruction publique du Canton de Genève, de Pro Helvetia – Fondation suisse pour la culture, de la Loterie Romande et de la Mairie d’Irún (Espagne).

 

Déclaration de principe

« Dès aujourd’hui, nous suivons le courant, nous appuyons n’importe quoi pourvu que cela ne crée pas de problèmes, nous renonçons au conflit et à toute sorte de pensée critique, nous renonçons à résister (c’est une connerie), nous renonçons à être moralistes et à bénéficier de la complaisance des nôtres.
Et pourquoi faisons-nous ceci ?
Parce que nous appartenons à la génération équidistante, c’est-à-dire celle qui se place à la même distance de tous les points de vue. Nous faisons ceci pour notre propre plaisir ou par simple nihilisme. Et surtout parce que nous continuons à être de vrais socialistes. Car nous pensons que si l’on se tourne, toutes et tous, dans la même direction, nous arriverons plus vite à la fin absolue, à la destruction totale et, de cette façon, ceux qui viendront après nous toucheront au but plus vite.
Nous, comme la plupart des autres, nous suivons le courant. »

 

« Rien n’est noir ou blanc, heureux ou franchement malheureux, optimiste contre pessimiste, mais au contraire: tout est entre deux. »

C’est en partant de ce constat, qu’Esperanza López et Oscar Gómez Mata ont élaboré Optimistic vs Pessimistic, qui fait suite à une première esquisse donnée à Madrid, en 2003. Le spectacle est conçu comme une expérience particulière, sur la base de textes écrits par la compagnie, en quête d’une relation à la fois naïve et critique avec le public, appréhendé comme un partenaire authentique. Le désir de L’Alakran est de faire un théâtre ouvert sur le monde, funambule, en mouvement, dessinant sans cesse de nouvelles combinatoires, capable de témoigner du flux de la vie (et de la mort), du plaisir (et de l’angoisse) qu’il y a à se mettre en jeu. Sur scène et dans la salle.

L’Alakran travaille à l’émergence d’un art (utopique) du partage et de la déconstruction (généreuse), où les existences individuelles et les rituels sociaux sont saisis au vol, représentés comme potentiellement transformables.
Troublante et turbulente thérapie, apocalypse joyeuse: la partie est lancée.

Optimistic vs Pessimistic est la septième création de l’Alakran au Théâtre Saint-Gervais Genève, où la compagnie a fait ses débuts et a résidé jusqu’en 2005.